Site

Mémoire créative de la révolution syrienne

"Nous serons ce que nous voulons être"

Depuis la Révolution syrienne de 2011, Sana Yazigi, graphiste ayant fui Damas pour Beyrouth, collecte les traces laissées dans les rues de Syrie par des femmes et des hommes sans voix, invisibles. Comme ces mots, ceux du poète palestinien Mahmoud Darwich, inscrits sur un mur en 2015 : « Un jour, nous serons ce que nous voulons être. Le voyage n’a pas commencé et le chemin n’est pas fini ».

Le projet, intitulé Creative Memory, rassemble graffitis, photographies, peintures, chansons, dessins, caricatures, témoignages vidéo, etc. et les documente sur un site Internet traduit en trois langues (arabe, français, anglais), interface indélébile avec le monde. Au nombre de 22 000, ces objets vont du plus dérisoire au plus monumental, et forment une mosaïque d’images indispensable à la compréhension de la situation actuelle.

Une exposition présente une sélection de ces œuvres au TANDEM (Théâtre d’Arras et Hippodrome de Douai) jusqu’au 7 avril.

Ouvrir dans une nouvelle fenêtre
-
Publié le : 15.05.2017 par