Cartes

55 NUANCES DE GLOBES

ET UN PEU D'HISTOIRE POUSSIÉREUSE

Google Earth n’a qu’à bien se tenir : Gallica, le site de la BNF, a numérisé en 3D des globes de toutes époques. Chacune de ces 55 sphères – qui représentent pour la plupart la Terre, mais aussi les étoiles – peut donc être observée dans le détail à l’aide des outils de zoom ou de rotation… auxquels il faut ajouter la possibilité d’éclairer le globe de l’intérieur.

Avant l’exploration, un petit coup d’œil sur les dates s’impose. Evidemment, on fabrique plus de globes quand on a la certitude que la Terre est ronde : il faut donc attendre les Grandes Découvertes pour la voir représentée en boule ; avant, ce sont surtout les globes célestes qui l’emportent.

Et au fil des globes, l’évolution des techniques de représentation, associée à l’apport d’information issu de l’exploration de nouvelles terres (surtout autour du littoral), précise peu à peu les contours des continents, qu’on voit ainsi apparaître tout entiers, grossir et se dessiner finement, à commencer par l’Amérique. Son nom apparaît pour la première fois sur le globe de Martin Waldseemüller, qui baptisa cette terre nouvelle à Saint-Dié-des-Vosges.

Avant d’aller y voir de plus près sur le site (sur chaque fiche, il suffit de cliquer sur le bouton « 3D ») petit tour d’horizon en vidéo :

Quand vous aurez fini le voyage en 3D, vous pouvez poursuivre le voyage historico-géographique avec un format plat : Gallica publie également un Atlas chronologique et synchronique d’Histoire universelle. « Publication à bon marché » de 1837 par un certain A. Boutruche, « professeur de Belles-Lettres et d’Histoire« , il s’agit d’un digest du savoir de l’honnête homme.

Atlas chronologique et synchronique d'histoire universelle
L’ouvrage met en lumière quelques facettes de la conception dominante de l’Histoire de ce début de XIXème siècle. A commencer par les grands découpages chronologiques, qui sont un élément incontournable. L’ouvrage se divise en trois époques – ancienne, médiévale et moderne – elles-mêmes subdivisées en sous-périodes aux noms parfois croustillants : on apprend ainsi que l’Antiquité se partage entre « temps obscurs » (période où les sources avérées manquent, d’où le nom) et « temps vrais ».

Les découpages s’appuient sur les grands hommes, les rois et les héros dont les dates de règnes ouvrent et ferment les périodes importantes. Ici, pas de place pour le petit peuple ou l’histoire sociale : c’est évidemment l’âge d’or de la « grande Histoire », ou « histoire bataille ».

Dernière chose, cette histoire universelle se concentre évidemment sur le seul continent à avoir une véritable Histoire : l’Europe. Au-delà de la Russie et de la Méditerranée, les connaissances (et l’intérêt) se font rares. C’est en tout cas ce que suggère ce résumé particulièrement fouillé de l’Histoire médiévale d’un peuple d’Afrique, les Mérinides…

Identifiant :  ark:/12148/bpt6k9629739w  Source :  Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, G-1201  Relation :  http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301502751 Provenance :  Bibliothèque nationale de France

Ouvrir dans une nouvelle fenêtre
-
Publié le : 29.02.2016 par