BD

Formula Bulla en campagne pour 2017

Monstrueux poil à gratter

Formula Bula est un festival explosif organisé par Ferraille Productions, et il a généralement lieu en automne. C’est pourquoi nous commençons à vous en parler dès le printemps, avec cette interview de Raphaël Barban, son directeur artistique. Que peuvent faire les artistes-artisans de l’image face aux retournements politiques ? C’est la question que s’est posée Formula Bula, et pour y répondre, l’équipe a décidé de prendre exemple sur le meilleur (et non le pire) de ce qui se passe aux USA en termes de résistance culturelle. Une programmation en résonance avec l’élection de Donald Trump, qui décline des invitations de personnalités politiquement incorrectes, subversives, transgressives… Ted Stearn, connu pour son travail sur Futurama et Rick&Morty, qui avait déjà été invité l’an dernier à Formula Bula, faisait déjà partie de cette génération d’artistes que Raphaël Barban appelle « poil à gratter. »

Johnny Ryan est la première figure tutélaire du festival : l’auteur de Angry Youth Comix, grand succès de Fantagraphics, est aussi le co-créateur avec Dave Cooper de Pig Boat Banana Cricket, série animée qui a déjà 4 saisons à son actif sur Nickelodeon. Sammy Harkham et la revue Kramer’s Ergot, ensuite, avec leur univers plus pulpeux et la cosmogonie de collaborateurs qu’ils entraînent dans leur passage, seront le deuxième volet de ce festival qui promet de sortir de l’ordinaire et risque de froisser plus d’un bédéphile chauvin (pour peu qu’il soit très très susceptible).

Troisième invitée de Formula Bula 2017 : Emil Ferris, qui n’est pas encore connue en France mais dont le premier roman graphique, My Favorite Thing Is Monsters, édité par Fantagraphics, est un grand succès aux USA. Le second volume paraîtra au moment de Formula Bula et ce sera, vous l’aurez compris, l’occasion d’un grand bonheur pour les amateurs de dessin surnaturaliste au stylo bic et à l’acide. Celle qui a déclaré qu’elle « ne voulait pas être une femme [et qu’] être un monstre était la meilleure solution » saura probablement mettre tous les publics à plat ventre, tout en écartelant le débat sur la ré-appropriation de la contre-culture esquissé par des expositions comme L’Esprit Français de Guillaume Désange et François Piron.

-
Publié le : 24.07.2017 par