BD

Le monstrueux est la mesure de toute chose

Si le monde est injuste, surpassez la nature
Les rencontres du 9e art d'Aix-en-Provence en 2017, c'était comment? Entre ses expositions et ses événements publics hétéroclites, voilà un festival qui a le pouvoir de faire frémir les amateurs de bandes dessinées, de roman graphie, de cinéma d'animation et même d'art contemporain. Présentation des points forts de l'édition 2017 à travers une série d'entretiens avec les auteurs.
Scènes

« PERFORMANCE DAY » RELOADED 2/3

SARAH VANHEE IN HER PROPRES WORDS
 _Oblivion est une pièce à propos du néant, une sorte d’opéra mental galactique basé sur la récupération méthodique des propres déchets consuméristes de la performeuse. L’action consiste en une séquence de gestes, déballage et agencement de déchets physiques (plastique, bouteilles, cartons, emballages...) collectés sur plusieurs mois. Pendant ce temps, un texte est dit, sous-titré en […]
Scènes

Gnozo-Analyse et Interview de Sylvain Martin

La face cachée du Marquis de Sade
Sylvain Martin est le premier metteur en scène à adapter les pièces de théâtre du Marquis de Sade mot à mot. Une fidélité au texte qui n'a rien de servile, au moment où l'oeuvre originale de Sade, censurée au 19e siècle puis galvaudée au 20e siècle, a pour ainsi dire disparu. Flash forward avant les prochaines représentations qui auront lieu à La Coste, à deux pas du divin château lui aussi galvaudé, désormais la propriété de Pierre Cardin...
Scènes

« PERFORMANCE DAY » RELOADED 3/3

LOUISE SIFFERT : "UNE FORME PLEINE D'UNE MULTITUDE DE FORMES"
 _Louise Siffert, artiste-performeuse française, évoque le statut actuel de la performance dans l'art contemporain et sa relation au monde du théâtre. - Qu'est ce qui a retenu votre attention durant ce Performance Day ? - La problématique lancée par les commissaires et la Ferme du Buisson pour cette première édition, à savoir « proposer des formes d’art inédites […]
Cinéma

La révolution conformiste est en marche

Héroïne et cornichons
 Les USA ont encore frappéParlons un peu des USA. Grands espaces, grosses voitures, gras pâturages, églises Épiscopales. Complexe d’infériorité, Hollywood, burgers et Silicon Valley.  Le paysage idéologique dessiné par l’état actuel des industries culturelles est hétéroclite: amalgame entre révolution du genre et le sionisme, individualisme triomphant devenu conservatisme protectionniste, dématérialisation et dépersonnalisation à l’extrême du […]
GNOZO VIDÉO

GNOZO EN TURQUIE

SANS LE COQ DE DENIZLI
La Turquie est attaquée de toutes parts. Parmi les premières conséquences de ces explosions socio-diplomatiques en série, c'est l'industrie du tourisme (qui comprend évidemment les industries culturelles) qui en souffrira. Pourtant, ce pays héritier de la Grèce Antique, de l'Empire Chrétien d'Orient et de l'Empire Ottoman, s'est constitué sous sa forme moderne afin d'être "euro-compatible". Cette attente n'a pas généré que de la sympathie dans l'Europe d'après-guerre, qui a toujours considéré que ce territoire était un tampon, un pays-frontière qui filtrerait les scories du monde arabe. Jouant à organiser les petits soldats du Moyen-Orient comme un morveux baveux joue à la dînette, l'Occident a pérennisé un ensemble d'instabilités qui lui explosent tout simplement à la gueule, et ça se passe maintenant au détriment de tout le monde. Quittons ces considérations trop inactuelles pour entrer dans un [...]
Livres

Symphonies du Chaos

THEO LESSOUR, MUSICOLOGUE DE L'EXTRÊME
Theo Lessour n’a pas sa langue dans sa poche, c’est ce qu’on comprend de son livre, "Chaos-phonies" en le manipulant, dans les tous premiers moments. Le titre évoque un anarchisme méthodologique appliqué à la musicologie : on se sent submergé. Ce dont cet essai est le nom : une approche transversale de la musique, décompartimentée à l’excès. Une analyse de la structure de l’ensemble de pratiques qu’engage le discours sur le son, qui prend en compte toutes les étapes de la chaîne : on y trouve les hypothèses évolutionniste d’un « musilangage » ancestral ; on discute la légitimité de la critique du jazz telle qu’Adorno l’a dessinée ; on met en exergue les liens entre les pratiques musicales qui définissent le genre Dubstep, la voix d’Ella Fitzgerald, Serge Gainsbourg, la musique bruitiste dite « noise », le jeu de Jimi Hendrix, le style de Richard Wagner,… L'ouvrage est inhabituel : l’industrie [...]
Arts

PULP, à la conquête d'une mythologie contemporaine

Un concentré de pratiques transmédia
Au festival PULP, on y va pour voir de la bande dessinée projetée dans l'espace conceptuel de l'art contemporain, que ce soit sous forme d'exposition ou de "spectacle vivant", ou de "performance". Alors, durant cette édition 2016, il fallait que "Droguistes" aille voir ce qui s'y déroulait, pour vous en faire un condensé critique. Et comme le western était à l'honneur, il nous a paru utile de mettre les termes "explosifs", "chevaux", et "chapeaux" dans la description. C'est chose faite. PULP, c'est un festival dédié à la bande dessinée. On y va pour y voir des expositions plutôt que pour lire des livres, et surtout pour assister à des spectacles pensés par/avec des bédéastes : on entre dans un monde parallèle enchanté. Aller à la Ferme du Buisson, pour voir des performances, c'est comme s'il y avait un effet de déjà-vu. La programmation est intense, généreuse, en somme ils font toujours du [...]
Livres

B.Ü.L.B., l’éditeur qui vous ovni du bien

Des Punks armés de Chartes Graphiques
Au festival PULP, on y va pour voir de la bande dessinée projetée dans l'espace conceptuel de l'art contemporain, que ce soit sous forme d'exposition ou de "spectacle vivant", ou de "performance". Alors, durant cette édition 2016, il fallait que "Droguistes" aille voir ce qui s'y déroulait, pour vous en faire un condensé critique. Et comme le western était à l'honneur, il nous a paru utile de mettre les termes "explosifs", "chevaux", et "chapeaux" dans la description. C'est chose faite. PULP, c'est un festival dédié à la bande dessinée. On y va pour y voir des expositions plutôt que pour lire des livres, et surtout pour assister à des spectacles pensés par/avec des bédéastes : on entre dans un monde parallèle enchanté. Aller à la Ferme du Buisson, pour voir des performances, c'est comme s'il y avait un effet de déjà-vu. La programmation est intense, généreuse, en somme ils font toujours du [...]
Série

Crazy Ex Gender

Rachel Bloom revient à la charge
Youpi! Il y a une fuite intentionnelle, un court extrait de la deuxième saison de Crazy Ex-Girfriend est en ligne! C'est quoi? Une série. Une quoi? Ok, on remet nos lunettes et on vous explique patiemment. Il s'agit d'une oeuvre singulière, qui traque les clichés à travers un format "série". Sous couvert de prendre à bras le corps la culture populaire (comédie musicale, séries à l'eau de rose), Rachel Bloom vous envoie dans les étoiles à base de grosses remises en question existentielles, pas si éloignées des études de genre, dans la déconstruction méticuleuse des stéréotypes. Crazy Ex-Girlfriend, dont la saison 1 consistait principalement de chefs d'oeuvres en termes d'art sériel, remet le couvert pour la saion 2, restez aux aguets.
Cinéma

Internet, le web, et la bonne année 2016 qui nous attend

A propos des "Nouveaux loups du web"
Bienvenue dans la première chronique GNOZO. Le lecteur innocent y trouvera un prisme critique méditatif, à travers lequel la paranoïa du complot s'efface derrière la déconstruction du réel. Puisque cette série de chroniques s'écrit dans un espace-temps virtuel, nous allons commencer par une suite d'articles concernant l'état actuel du web. Le documentaire les Nouveaux loups du web du réalisateur américain Cullen Hoback, réalisé entre 2011 et 2013, sorti en France le 6 janvier dernier, est devenu une référence dans le champ de l'éveil à la critique grand public. On le trouve aisément en VO, piraté sur les plateformes vidéo courantes. En lisant le titre, on croirait presque qu’il s’agit d’une enquête sur les débordements cybernétiques de Wall Street, ou encore un brûlot sur l’évolution du capitalisme version virtuelle. Mais non : bien que défrichant une "nouvelle" critique du mercantilisme en [...]
Arts

Japonicus Neanderthalensis

Les Japonais, c'est pas des mecs bien
Une petite ballade au Japon, en septembre 2016, ça vous dirait? Sautez sur l'occasion, regardez dans les jumelles spéciales "perspective historique" de GNOZO et réfléchissez un peu à la relativité de l'univers, surtout du vôtre. C'est une petite croisière Spatio-Temporelle/Aller-Retour/Paris-Tokyo avec en prime quelques cerises sur le gâteau.
Cinéma

Un arrière-goût de Kawase

L'esthétique ukyo-e des "Délices de Tokyo"
Depuis le temps, on s'est habitué à l'idée que le Japon est un haut lieu du syncrétisme. Même si on ne sait pas ce qui précisément est mélangé, on se rend bien compte que le monde du salaryman n'est pas celui de la lycéenne fan de cosplay, et que le otaku qui poursuit une vie entièrement virtuelle depuis la maison de ses parents ne vit pas de la même manière qu'un universitaire qui investit tout son temps et son argent à la location de Live Houses pour son groupe qui jouera devant trois pelés. On est bien conscient, aussi, que tout cela est lié, et que, là-bas, toutes ces monades communiquent bien étrangement. Seulement voilà, ce que vous ne voulez pas comprendre, c'est que si la bien pensance est un modèle idéologique très important là-bas, cela n’empêche pas l'étrange d’être au centre de toutes les préoccupations. Jacques Lacan affirmait que le peuple japonais n’était pas [...]
Cinéma

Westworld : planète interdite

Le Saut - Western et science-fiction (1/4)
La Divine Providence et l'Anarcho-Capitalisme sont sur un bateau, qui est-ce qui saute le premier? Entre les cowboys et les cyborgs, il n’y a qu’un pas. Ou plutôt il n’y a qu’un saut, auquel l’humanité se prépare depuis maintenant quelques décennies. Entre le peu que l’on sait du cerveau humain et ce qu’on est en droit d’attendre de l’ère de l’intelligence artificielle, il y a un gouffre explicatif qui terrorise les esprits. Ici, on vous explique en quatre parties comment le saut est autre chose qu'une discipline sportive, mais plutôt une métaphore du dépassement de l'homme- par lui-même ou par les machines.
BD

Angoulême par le (j.-c.) Menu

Embeddé en japonais et en vidéo
Angoulême est une ville sainte, un territoire traditionnel qui n’a pas perdu une ride depuis des décennies. Son festival de bande dessinée, né en 1972, à l’époque de la décentralisation fonctionnelle, est devenu comme un gigantesque mannequin pétrifié par la démocratisation culturelle. Tapis rouges dans l’un des “salons” les plus importants du genre, crieurs radiophoniques dans les rues, festivaliers déguisés, et surtout la ville. Les fantômes graphiques peints en trompe-l’oeil qu’elle porte comme des cicatrices semblent n’attendre que d’être réveillés par la célébration annuelle du grand prix qui donne à la ville son renom. C’est dans ce contexte compétitif que se rassemblent les écuries prêtes à lancer leurs poulains vers la ligne d’arrivée. Enfin, il ne faut pas exagérer, la bande dessinée n’est pas entièrement prise au sérieux par les pouvoirs publics, comme en témoigne la pauvreté du [...]
Cinéma

Westworld : planète interdite

Le Saut - Western et science-fiction (2/4)
La Divine Providence et l'Anarcho-Capitalisme sont sur un bateau, qui est-ce qui saute le premier? Entre les cowboys et les cyborgs, il n’y a qu’un pas. Ou plutôt il n’y a qu’un saut, auquel l’humanité se prépare depuis maintenant quelques décennies. Entre le peu que l’on sait du cerveau humain et ce qu’on est en droit d’attendre de l’ère de l’intelligence artificielle, il y a un gouffre explicatif qui terrorise les esprits. Ici, on vous explique en quatre parties comment le saut est autre chose qu'une discipline sportive, mais plutôt une métaphore du dépassement de l'homme- par lui-même ou par les machines.
Scènes

PERFORM INDEPENDANCE DAY

ONTOLOGIE FACILE DE LA PERFORMANCE
Le mois dernier se tenait le "Performance Day" à la Ferme du Buisson. Notre journaliste Gnozo, revenu de son immersion, nous fait revivre ce rhizome, cuit à point. Tout au long de sa performance, Sarah Vanhee déploie un arsenal d'ordures : une vingtaine de cartons datés, remplis d'ordures triées en fonction du contexte dans lequel elles ont été rencontrées. Elle vide méthodiquement chaque carton, espaçant de manière régulière les emballages, papiers, bouteilles, canettes, pots de yaourts et autres coquilles vides de leur sens consumériste. En les vidant, elle nous parle aussi : elle nous explique toute sa démarche, mais aussi le fonctionnement du système digestif humain, l'importance de la défécation dans sa vie, les méthodes de production des isomères employés par l'industrie agro-alimentaire dans le but de conserver les périssables. Apparaît donc à terme une cartographie anarchique du mode de [...]