BD

Comme un pion dans un jeu de quilles

"Un monde en pièces" reconstitué

Bien qu’il soit en noir et blanc, n’imaginez pas que ce monde soit nécessairement manichéen. Mais que voulez-vous : il prend place sur un échiquier, ce qui justifie largement la bichromie. Cela commence par une pluie battante, au bord d’un précipice, avec un suicide de fou rebelle. À sa décharge, celui-ci était menacé par un cheval. Lui-même placé sous l’autorité d’une tour, rendue toute puissance par un roi fantoche qui a perdu sa dame. Le reste de cette société particulière est constitué de pions qui se tiennent à carreau, notamment parce qu’on ne leur interdit pas de fumer de la résine. De cette situation découle une série de jeux de pouvoirs qui oppose moins les blancs aux noirs que les pièces entre elles. Et comme dans toute bonne partie – surtout lorsqu’on joue mal, sans doute – le danger ne vient pas forcément des pièces les plus fortes… car comme le rappelle un cavalier citant le champion d’échecs Aaron Nimzowitsch devenu évangéliste d’une religion des échecs : « Un seul pion isolé obscurcit le plateau entier. »

Ce joli petit monde n’est pas très éloigné du nôtre. Les auteurs – les frères Gaspard Gry et Ulystrations – s’amusent à faire référence à notre actualité, par exemple en montrant la migration de pions d’un jeu de dames rejoignant avec peine le plateau d’échecs où elles sont parquées dans des bidonvilles. Les parallèles (notamment certains jeux de mots) prêtent à sourire, mais notre intérêt s’est surtout porté ici sur les effets graphiques qui utilisent sans trop en faire les ressources de l’animation gif et du scroll. Ça se lit vite, et on passe un agréable moment.

 

Ouvrir dans une nouvelle fenêtre
-
Publié le : 28.11.2016 par